lundi 13 février 2017

TECHNIQUES DIORAMAS

LES ELEMENTS NATURELS
Quand je me promène dans la campagne, ma principale préoccupation est de "dénicher" des éléments qui pourraient me servir à la conception d'un diorama:
- des plantes (que je laisse sécher après cueillette) qui font penser à des branches d'arbres, à des roseaux, à des buissons etc...
En général, je les imbibe d'une couche de colle à bois blanche (transparente après séchage) mélangée pour moitié-moitié à de l’eau pour qu'elles ne se disloquent pas par après. En appliquant la colle, on peut éventuellement les rouler dans différentes matières pour retrouver le rendu des feuilles (paillettes obtenues en hachant du papier à décalquer ou autre papier très fin de couleur verte ou encore en hachant finement les mousses récoltées), de la neige (farine), de la mousse synthétique (mousse pour coussins) hachée teintée en plusieurs verts.

- des cailloux de toutes sortes (ronds, plats, pierre bleue, schiste, silex, galet, etc...).
- toutes les sortes de mousses existantes (au pied des arbres, dans les sous-bois, derrière et sur les murs etc...).
- des brindilles ou branches sèches pour représenter une barrière, une clôture, un piquet, un tronc d'arbres, etc...
 
 Le "bric-à-brac" du diorameur
LES ARBRES
Les branches de thym et de buis fournissent d’assez bonnes reproductions de la structure d'un arbre.
Certains fabriquent leurs arbres à l'aide de fins fils électriques, en les torsadant avant de les peindre et de les garnir.
Quand on possède la matière adéquate et qu'elle est "habillée" (feuillage ou autre), on doit procéder à la mise en peinture, qui, comme pour la figurine, se composera des couleurs de base, de lumières et d'ombrages. Ce n'est pas compliqué, nonobstant qu'il faut un peu de patience pour le feuillage.
Quand on veut fabriquer un arbres plus volumineux (1/35 ème), il suffit de faire des trous avec une fine mèche dans une branche de +/- 2 cm de diamètre en y introduisant et en les collant, des branches de thym.
Il existe plusieurs méthode pour reproduire les feuilles à partir de branches nues... Certains se servent de mousses naturelles ou synthétiques hachées et les saupoudrent sur les branches. Le persil séché, l'annette séchée et le papier pelure, peuvent aussi être utilisés pour simuler le feuillage. D'autres préfèrent se servir uniquement de branches de thym ou de buis trempées dans un mélange de colle à bois blanche-eau.
 Trous dans une branche avec thym implanté 
 Différentes matières pour le feuillage: Algues séchées, persil et annette séchés, mousse synthétique, mousse naturelle...
 
On peut aussi se servir de plantes artificielles d'aquariophilie pour reproduire arbres, buissons, arbustes....

LE SOL
Avant de fabriquer son sol, il faut trouver un support qui ne se déforme pas au contact de l'humidité de la pâte employée.
Comme matière première, on peut utiliser du polyfila ou autres produits de rebouchage pour bois. A tous les niveaux, ces produits sont nettement supérieurs au plâtre; en plus, ils ne produisent pas de poussière après séchage, ce qui est un grand avantage pour l'adhérence de la couleur.
Certains utilisent quand même le plâtre en y adjoignant, au moment du mouillage, de la colle blanche.
Le sol doit être irrégulier (sauf s'il représente une surface plane). Là aussi, l'imagination doit être au service de la créativité: des traces de toutes sortes (roues, pieds, etc...) doivent garnir le sol, on peut saupoudrer de la poussière ou du sable afin de se rapprocher encore plus de la réalité, ainsi que des lumières et des ombres en respectant leur direction en fonction de celles des personnages et des cailloux....
Ne pas oublier d'installer les personnages et les autres éléments AVANT d'appliquer le produit de plâtrage, sinon, les figurines et autres paraîtraient "flotter" au-dessus du décor!
 LA COULEUR DU SOL 
En fonction du besoin, le sol sera peint (toujours en tenant compte des ombres et des lumières). Il faudra harmoniser et fondre les couleurs en utilisant le "dry-brush" comme technique et comme couleurs (diluées), souvent du vert (sap green), du brun (burnt umber), du jaune, du blanc (lumières) du noir (ombres du brun), du vert foncé (ombres du vert) et les équivalents de teinte pour les acryliques à poser par couches successives
L'HERBE ET LA BROUSSAILLE
On se servira de filasse de plombier, de poil de brosse "coco" finement coupés et teintés, d'herbe artificielle en vente dans les magasins de maquettisme et aussi de persil et annette séchés
      Herbes et broussaille
 
LES MURS
Là aussi, plusieurs méthode existent. On peut les fabriquer, soit avec des petits cailloux ou en modelant, une à une, les briques avec de la pâte à sel (farine, sel, eau), et les "maçonner" ensuite avec de la colle pour l'assemblage (travaille assez fastidieux), ou alors avec des plaques de balsa (bois extrêmement léger que l'on trouve dans les magasin de maquettisme et de modélisme) qu'on enduit de polyfila en y traçant les dessins des briques à peindre avant séchage ou encore avec du carton-mousse vendu dans les papeteries. (pour les grandes surfaces, le carton-mousse imbibé a tendance à se déformer), ou avec des plaques en plâtre (gyproc)qui sont très faciles à travailler et beaucoup moins coûteuses.
 Plaque de plâtre (gyproc) et bois de balza
 
LES BATIMENTS
Pour la construction de bâtiments le balsa et le gyproc sont des alliés incontournables.
On procède de la même façon que pour les murs et on assemble les pièces après y avoir tracé les motifs nécessaires.

LA PATE A SEL
Pour éviter d'acheter des produits de modelages assez coûteux, la pâte à sel peut souvent remplacer ceux-ci.
Exemples de réalisations en pâte à sel:
pont de rivière, arbre abattu, puits, fontaine, sacs dans les tranchées de guerre, mangeoir ou abreuvoir pour les animaux, bacs pour fleurs et tous les sujets qui n'ont pas une grande surface.
Recette: 1 mesure de sel fin, 2 mesures de farine, 3/4 à 1 mesure d'eau tiède, un peu de colle à tapisser et un tout petit peu d’huile de glycérine (pour que la pâte se travaille facilement pour la réalisation de petits objets).
Vous pouvez la mettre sécher dans un four ménager.

LA PATE POLYMERE
Si vous voulez opter pour une pâte un peu plus coûteuse mais encore à la portée de tous, l'idéal est la pâte polymère (genre Fimo). Elle permet même de sculpter soi-même des figurines.
Après modelage de la pièce il suffit de la passer au four de cuisine électrique pendant /- 30 minutes à /- 120°. On peut ensuite la peindre, la limer, la poncer, la sculpter....

ROCHERS
Avec les cailloux recueillis, il est possible de réaliser de magnifiques rochers en y ajoutant quelques couleurs pour éclaircir et ombrer. On peut aussi faire soi-même les rochers en utilisant du polystyrène expansé. 

                                Toutes sortes de cailloux..... 
EAU
Pour imiter une petite surface d'eau, il suffit de bleuir le fond de la surface avec un bleu foncé et de couler ensuite sur la couleur du colle-tout qui reste transparent et luisant au séchage. Des petites retouches de couleurs peuvent-y être apportées pour représenter la verdure (nénuphars, algues etc...).
On peut aussi se servir de suppositoires à la glycérine (en vente dans les pharmacies) et faire fondre ceux-ci pour obtenir une imitation d'eau (Mais, dans ce cas, il faut éviter de mettre le diorama à côté d'une source de chaleur étant donné que la glycérine fondrait assez vite). 
Pour des grandes surfaces d'eau, employer du polyfila en reproduisant le mouvement des vagues, pour ensuite y poser les couleurs requises: bleu foncé, bleu clair, gris, blanc quelque fois un peu de vert, en fonction du résultat escompté.

La résine d'inclusion est aussi un excellent matériau pour reproduire les surfaces d'eau, qu'elles soient petites ou grandes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire